Le français au Québec et dans le monde

La perspective indépendantiste ne peut pas faire l’économie des conditions de la reconnaissance internationale du Québec en tant qu’acteur légitime et désirable auprès des nations qui jouissent maintenant de leur souveraineté. Sur ce point, les indépendantistes québécois s’entendent généralement entre eux, et ils s’entendent même avec les alter mondialistes qui adoptent volontiers une perspective cosmopolitique et qui réclament qu’en tant que citoyens du monde,  nous fassions notre part dans la résolution des problèmes qui découlent précisément de l’ordre géopolique qui sévit maintenant. Mais le consensus s’effritent lorsqu’il s’agit d’examiner plus précisément les conditions pour que le Québec puisse effectivement être reconnu dans le statut d’acteur à l’échelle internationale. Prenons par exemple, la question linguistique. Plusieurs québécois, incluant certains indépendantistes, pensent que la pérennité du français au Québec est une question strictement interne, qui, au mieux, n’a rien à voir avec la reconnaissance internationale du Québec,  et au pire, serait un obstacle à l’implication du Québec à l’échelle internationale (comme si l’insertion  du Québec dans un monde globalisé ne pouvait se faire qu’au prix d’une mise en veilleuse du français, même au Québec).

Ipso a voulu, au cours cette soirée débat, explorer un point de vue différent, selon lequel  la vigueur du fait français au Québec serait à la fois tributaire de la capacité pour ce dernier  de s’impliquer en français auprès des instances internationales et un atout pour le rayonnement du Québec dans l’espace international.

Animation : Jocelyne Couture, philosophe, membre du CA IPSO
Exposés d’une vingtaine de minutes suivis d’échanges avec l’auditoire :
Louise Beaudoin Élue à l’Assemblée nationale de 1994 à 2003 (dossiers Relations internationales du Québec), et chroniqueuse au Devoir et au carnet politique de l’émission 24/60 à RDI
Pierre Curzi Élu à l’Assemblée nationale de 2007 à 2012 (dossiers langue et culture) et comédien

Date : Le lundi 19 mars, à 19 h Lieu : SSJBM, Maison Ludger-Duvernay, 82, rue Sherbrooke Ouest (coin Saint-Urbain) Entrée libre.

Les dons volontaires sont les bienvenus.

print

Article précédent