« Tant que l’indépendance n’est pas faite, elle reste à faire »

Gaston Miron

Évènements / actualités

2017 : 150 ans de dénégation Québécoise

7 février à 19:00 – 21:00
Maison Ludger-Duvernay
82, rue Sherbrooke Ouest, Montréal H2X 1X3
Carte Google

Il y a les dates que le Canada commémore
Il y a les dates dont le Québec se souvient
Les Intellectuels pour la souveraineté (IPSO) proposent :
Les vrais débuts du Canada et du Québec d’aujourd’hui
2017 : la Contre-commémoration : les vrais débuts (1 de 2)
Soirée débat du 7 février : lendemains de conquête
10 février 1763 (Traité de Paris)
10 juin 1791 (Acte constitutionnel)

Panélistes :
Jean-René Plante, historien de la littérature : « Identité et héritage des ‘cédés’ »
Josiane Lavallée, historienne : « ‘1791-1837’ : les années de parlementarisme tronqué»
Marc Chevrier, politologue : « La Conquête, première fondation du Dominion canadien »
Animation : Robert Comeau, historien

Historique

La prochaine soirée-débat des IPSO aura lieu le 7 mars 2016, à 19h, au local D-R200 (pavillon Athanase-David) de l’UQAM, sur le thème de « Trois démarches vers l’indépendance ».

https://www.facebook.com/events/952492181495913/

Les indépendantistes québécois réfléchissent depuis longtemps sur la marche à suivre pour réaliser l’indépendance du Québec. Ailleurs dans le monde, d’autres mouvements indépendantistes ont réfléchi ou réfléchissent encore, dans leur contexte respectif, à cette question.

De leur côté, les IPSO croient que tout n’a pas été dit sur ce sujet, loin s’en faut. Aussi, à l’occasion de leur troisième soirée-débat de l’année 2015-2016, les IPSO ont choisi d’examiner et de confronter trois modes d’accession à l’indépendance :
* la démarche référendaire, qui légitime ou fonde le déclenchement du processus d’indépendance;
* l’élection référendaire ou plébiscitaire, qui déclenche implicitement le processus d’accession à l’indépendance;
* et la démarche dite « enclenchiste », qui lance un nouveau gouvernement dans une démarche d’accession à l’indépendance.
Chacune de ces options sera défendue par un panéliste. Chacun présentera l’option qui lui est impartie, traitera de ses justifications, de ses variantes, de l’influence des institutions sur les modalités de son option. Chacun est appelé à présenter les limites de sa démarche ainsi que les problèmes qui lui sont associés, offrant également à l’auditoire les voies de solution permettant d’y remédier.

Ces trois grandes familles de modes d’accession à l’indépendance ne font pas le tour de toutes les démarches possibles. L’option de la constituante, en elle-même, fera d’ailleurs l’objet d’une analyse plus approfondie à l’occasion de notre colloque annuel, prévu pour le 11 juin prochain. L’essentiel reste l’objectif de cette soirée-débat, celui de débattre d’idées et de confronter différentes démarches d’accession à l’indépendance.

Voici le nom des pénalistes qui se joindront à nous pour cette rencontre indépendantiste :

Louis BERNARD présentera l’option référendaire ;

Robert LAPLANTE présentera l’option « enclenchiste » ;

Sasha-Alexandre GAUTHIER présentera l’option de l’élection référendaire (ou plébiscitaire).

La soirée s’annonce donc de grande qualité. Nous comptons sur votre présence pour en faire un événement !